AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexionLe dernier numéro du journal du forum~♥

Partagez | 
 

 Sato Maeda - Coin vert le retour ! /bus/

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sato Maeda
« Oh oui, vas-y, mord-moi♥ »
avatar

Activité : Actif
Messages : 37
Date d'inscription : 25/04/2013

Carte d'identité
Capacité Active: Peut intervenir dans n'importe quel RP concernant le club de football.
Capacité Passive: Sait se montrer très persuasif grâce à sa face psychopathe.
Relations:

MessageSujet: Sato Maeda - Coin vert le retour ! /bus/   Dim 28 Avr - 13:08


SATO MAEDA


CARTE D’IDENTITÉ


Âge : 17 ans
Sexe : Homme
Activité : Étudiant Senior
Statut scolaire : Interne
Capacités : Active : Peut intervenir dans n'importe quel RP concernant le club de football.
Passive : Sait se montrer très persuasif grâce à sa face psychopathe.
Club : Football
Classe et cursus : Classe Sportive cursus équipe




DOSSIER MÉDICAL

Groupe sanguin : B+
Taille : 1m76
Poids : 75kg
Allergies : Pollen, poussière... la totale quoi.
Handicaps : Aucun
Troubles : Hyperviolence (trouble surveillé)
Phobies : Cheimophobie - peur des orages




PORTAIT ROBOT

Description Physique : -Il est là ! -Où ça où ça ? -Oh non, il vient de sortir ! -Mais qui ça ? -Sato Maeda, le chef de l'équipe de foot. -Je ne l'ai jamais vu, à quoi il ressemble ? -On remarque directement qu'il fait partie de la classe sportive : il est bien plus grand que la moyenne du haut de son mètre presque quatre-vingt, et il a bien plus de muscle que les autres, sans compter Elfman de la classe normal. On raconte qu'il aurait battu tout un groupe d'élèves dans son ancien établissement. -Ah bon ? J'ai plutôt entendu dire qu'il s'était disputé avec un professeur mais que c'était le professeur qui avait fini à l'osto. -En tous cas ce n'est pas quelqu'un pour qui on doute de la santé physique, rien qu'à le voir courir et rire sans arrêt avec ceux de son équipe. -Pourtant moi je ne l'ai jamais vu rire... -Tout simplement parce qu'il ne rit pas auprès de n'importe qui, il semble qu'il ne s'intéresse qu'aux élèves des classes sportives, alors les autres ne voient de lui que sa face de marbre.

-Hé, Saya, Saya ! -Quoi ? -Il est plutôt rebelle non ? -Plutôt, tu y as pensé à cause de ses cheveux blonds ? -Comme il a un nom japonais j'ai trouvé étrange qu'il ait les cheveux si clairs. -Apparemment il serait métisse, c'est pour ça qu'il semblerait qu'il bronze facilement, qu'il a les yeux si grands et les cheveux plus clairs en temps normal. Tu regarderas la prochaine fois qu'il passera : il semblerait qu'il a les yeux dorés. -Vraiment ?! -Je ne sais pas, je ne les ai jamais vus, c'est la rumeur. -Moi je les ai vus. Il a les yeux mordorés en fait, mais à la lumière c'est vrais qu'ils semblent vraiment dorés. En plus comme il porte toujours des couleurs entre jaune, blanc et orange ça appuie vraiment sur cette impression, et comme il passe beaucoup de temps au soleil... -Ça explique son teint plutôt bronzé... Hé, les filles, là-bas regardez !

-Alors il passe vraiment tout son temps sur le terrain de foot. C'est vrai qu'il a plutôt l'air à l'aise là-bas, pas comme quand il passe dans les couloirs du bâtiment. Vous êtes sûres que c'est vraiment Sato ? -Tu connais un autre grand blond au visage de gamin ? -Visage de gamin c'est un peu fort, c'est vrai qu'il a les traits assez juvéniles mais... -Ne sois pas rabat-joie Kimi, autant quand il est froid il a vraiment l'air mature mais tu ne peux pas dire qu'il n'a pas l'air d'un enfant quand il rigole sur le terrain. -Haa, j'aimerai tellement voir s'il a un visage d'enfant quand il dort ! -... -... -Ben quoi ? -Hihi, ne rêves pas trop Riku, Sato a un certain nombre de prétendantes auxquelles tu n'aimerais pas avoir à faire. -Hein ? M-mais... -De toutes manières j'ai entendu une rumeur selon laquelle il serait homosexuel... -Vraiment ?! Oh... -Haha, dommage pour toi Riku-chan, tu finiras par le trouver ton beau gosse costaud !

Riku, Saya et Kimi, trois sophomores de la classe normale
(Ou comment pas m'embêter à faire une description physique alors que je n'aime pas ça !)



Style Vestimentaire : Sato ne porte que des vêtements aux couleurs ensoleillées, impossible de lui faire porter autre chose. C'est à peine s'il a finit par accepter de porter son manteau noir quand il s'est mis à faire vraiment froid cet hiver. La plupart du temps il ne porte que des vêtements de sport, il n'a aucun vêtement bien habillé dans son armoire, impossible de le faire s'habiller pour une quelconque sortie au restaurant ou à une soirée, je vous raconte pas la galère quand je me trouve un amant un tant soit peu riche, une chance que le dernier l'ai compris. En 6 ans je pense que j'ai acheté bien plus de débardeurs blancs, oranges et jaunes que n'importe quelle mère ou autre femme dans cette ville, voire même dans ce pays.

Il aime bien porter des blousons et gilets avec plein de poches, à se demander ce qu'il y met dedans, quoique j'ai une petite idée, entre les cailloux et son couteau fétiche il aurait eu de quoi rendre sa mère folle, je veux pas imaginer pour les femmes des familles d'accueil, haha. Pour ce qui est des pantalons... il préfère les porter courts, c'est à peine si j'ai réussi à lui faire acheter des jeans pour qu'il n'attrape pas froid en fin d'année. Inutile de préciser qu'il n'a aucune autre paire de chaussures que ses baskets, à la limite des noires pas trop sales quand il a une sortie, du reste uniquement des paires de baskets blanches qui ont fini plus vertes que blanches et qui trônent fièrement dans son placard, j'ai abandonné l'idée de les laver de toutes façons. Il a aussi des chaussures à crampons à ne plus savoir qu'en faire, un inconditionnel du terrain de foot.

Pour ce qui est des accessoires Sato-kun s'amuse à mettre un peu de tout à ses poignets et à ses mains : des bouts de tissus, des mitaines... Mais il ne supporte pas de porter quoique ce soit au cou, je crois qu'il m'a dit un jour que ça le stressait, sûre qu'il a fait péter un câble à un père un peu violent en martyrisant les enfants des familles d'accueil, ça c'est mon Sato-kun !

Sayaka Maeda, tante de Sato
(Promis j'arrête ici pour les description à la con)


Description Mentale : S'il y a bien quelque chose qu'on ne peut pas reprocher à Maeda-kun, ce serait d'être fainéant. Pas une seule fois Maeda-kun n'a baissé les bras en quoique ce soit. C'est vrai qu'il n'est pas une tête alors ses notes sont pas au top, mais ses compétences physiques et artistiques sont beaucoup aidées par son acharnement qui le mènent dans les premières places, il est fait pour être à l'avant de la scène. Et comme la plupart des étoiles montantes, Maeda-kun a deux facettes : celle qu'il montre à ceux qui l'intéressent et sa réelle facette. Autant vous dire que c'est le jour et la nuit, et la plupart du temps on ne sait pas quelle est la vraie. Ce que j'en pense ? Pour avoir traîné avec lui, je pense en réalité que ces deux facettes font bien partie de lui, ce n'est pas une apparence qu'il se donne, il le fait très volontiers ou presque instinctivement je pense...

D'une part en présence de ceux qu'il connait ou qui l'intéressent il se montrera très dynamique et joyeux. Voire même collant. Un peu trop collant. Mais c'est comme ça que "Sato Maeda" fait partager son courage et son désir de gagner, et mine de rien ça marche plutôt bien. Il faut dire qu'il ne faut pas l'énerver mais... ça, je vous en parlerez après. Ce qu'il faut garder en tête, c'est que tant que vous ne lâchez rien, que vous redoublez d'effort dans tout ce que vous entreprenez, que vous êtes dans les meilleurs dans ce que vous faites, vous aurez l'impression que Maeda-kun vous mange dans la main. Enfin, l'impression, il ne faut pas trop rêver non plus, mais disons que vous passerez sans doutes comme de très bons amis et que vous minimiserez les risques existants en sa présence...

D'autre part cependant Maeda-kun n'est pas si ouvert avec tout le monde. S'il vous apprécie aucun soucis, il viendra vous chercher de lui-même, mais si vous ne l'intéressez pas ce ne sera pas la face ensoleillée qui se présentera à vous mais plutôt visage de fer. C'est vrai qu'il est très très froid envers autrui en généralement, il parle sèchement (du moins quand il parle !) et a parfois un regard assez méprisant, c'est un côté solitaire et mystérieux qui a son charme, en tous cas un peu plus que son côté puéril, trop curieux et fonceur de quand il est avec des amis. On ne peut pas dire non plus qu'il soit très réfléchit quand il est froid, il est même possible qu'il vous lâche avec froideur une phrase digne d'un enfant, mais ça c'est bien l'un des seuls traits qu'il garde toujours. Ça ne m'aurait pas étonné qu'il ait le syndrome de Peter Pan ; soyez rassurés, non il n'y a ni peluches ni jouets chez lui, j'ai même fouillé sous le lit.

Et c'est là que j'en reviens au danger qui rode autour de Maeda-kun. Enfin, autour ce serait gentil encore de dire ça. Et parler d'un simple danger serait un pléonasme. Vous avez entendu ces rumeurs sur Maeda-kun ? Qu'il aurait été viré de son établissement pour violence, qu'il est homosexuel, et bla bla... Dans la grande majorité, c'est vrai. Mais si vous avez entendu qu'il était psychopathe, là, c'est pas tout à fait vrai. C'est pas tout à fait faux non plus, il faut avouer que des doutes subsistent mais Maeda-kun reste principalement hyperviolent, dans le sens médical du terme. Autrement dit, il lui arrive de faire preuve d'une violence soudaine, fulgurante même, dans certaines situations enclines à lui faire ressentir une quelconque colère. Mais il se fait suivre psychologiquement, aussi peut-être que quand vous le connaîtrez il se contrôlera plus. Je l'espère pour vous, car Maeda-kun a une force impressionnante...

Mais au fond Maeda-kun est surtout quelqu'un de sensible. Bon, cela n'aide pas beaucoup à le retenir d'être vraiment mais VRAIMENT violent, et - on va dire - plutôt inquiétant. Il vaut mieux pas que vous vous en fassiez un ennemi : si vous dépassez le simple stade de colère avec lui vous pouvez être sûr qu'il se mettra à imaginer le meurtre parfait, et croyez-moi il est assez intelligent pour y parvenir d'une manière ou d'une autre. Vous vous en rendez compte si vous lui demandez conseil : il a tendance à vous donner des conseils qui ne vous viendraient jamais à l'esprit. Enfin, sauf si vous êtes aussi psychopathe que lui mais ça... C'est si vous êtes ami avec lui par contre que vous découvrirez qu'il s'énerve plus pour ses amis qu'autre chose à présent. Avant c'était bien plus courant, à présent il essaie de se retenir mais reste tout de même particulièrement cruel quand il s'y met. Mais voilà, en présence de ses amis c'est un "gamin rieur", toujours trop plein de vie et qui vous agacera sans doutes bien vite à trop plaisanter. Il a évidemment ses petits préférés qui se penseront sans doutes un moment souffre-douleur avant de comprendre que c'est parce que Maeda-kun les aime de trop ; je le dis en connaissance de cause...

Enfin, il y a une dernière chose qui est à préciser à propos de Maeda-kun : même en n'étant pas ami avec lui comme j'ai pu le remarquer avec les autres jeunes du voisinage vous pourrez parfaitement découvrir qu'il est un poil... non, qu'il EST masochiste tout simplement. Il éprouve du plaisir à être frappé, vous croyiez que ça n'existait pas ? Certains disent que c'est parce qu'il se repend du mal qu'il aurait fait ; s'il y a quelque chose que je peux vous dire c'est bien que Sato ne regrette rien de sa vie, et que c'est sans doutes simplement un de ses délires sur les expérience dangereuses qui l'a mené à aimer la douleur d'une quelconque manière.

Ryo, ami d'enfance de Sato
(J'arrête... là ! Ou pas... ah si.)

Niveau Scolaire : Bien en dessous de la moyenne dans la plupart des matières, il se maintient pourtant parmi les meilleurs quand il s'agit non seulement du sport mais aussi de l'art (du moins dans le cadre de la classe sportive, il ne se prétendrait jamais meilleur que les meilleurs de la classe artistique, mais peut-être au niveau intermédiaire).

Rêves : Il n'y a jamais songé, il vit au jour le jour. Cependant, il n'admet que les trois premières places quand il participe activement à un cours (particulièrement en sport) et s'acharne jusqu'à être au niveau.



BIOGRAPHIE

Passé : Je m'appelle Sato Maeda. Du moins c'est ainsi que m'a nommé ma mère lorsqu'il lui a été nécessaire de me donner une identité. C'est amusant de voir qu'on est rien sans un nom, pas plus qu'un animal de compagnie. Cela veut-il dire qu'on peut s'approprier ce qui n'a aucun nom et en faire ce que bon nous semble ? Après tout si ça disparaît, si ça meurt, ce ne sera rien de plus que la mort de l'équivalent d'un animal. En tant que vivant il n'a aucun droit, pourquoi en tant que mort en aurait-il plus ? À quoi bon chercher un coupable à sa mort puisque personne ne cherche jamais le meurtrier d'un chien comme on chercherait le meurtrier d'un citoyen ? De même, peut-on réellement accuser un citoyen de s'approprier un être sans nom et de s'en servir comme d'un jouet ou d'un esclave là où ce serait inhumain de faire de même d'un autre citoyen ? Après tout, un être sans nom est un chien, un simple chien, ainsi tant que je porte un nom de citoyen, enregistré par un quelconque État terrien, et ainsi une identité je resterais le maître du supposé chien.

Depuis quand est-ce que je pense ainsi ? Je suppose que je suis ainsi depuis toujours. Du moins, je n'ai pas particulièrement défini d'événement qui pourrait avoir provoqué un choc suffisant à dérégler mon esprit. On dit que c'est l'environnement dans lequel grandit le psychopathe qui le rend ainsi. Dans mon cas je suis né dans une famille que je ne connais pas. Il n'y a pas de quoi être désolé, personnellement cela ne me fait ni chaud ni froid. Cela m'amuse même : malgré l'absence de réponse à la question de qui est responsable de ma naissance j'ai quand même un nom et une identité, comme si j'étais sorti de nulle part, créé pour être maître et non chien. Amusant n'est-ce pas ? Je ne suis pas passé par la case orphelinat, je me suis directement retrouvé en famille d'accueil. Du moins dans ma mémoire : je n'ai pas de mémoire au delà de mes 6 ans, mais on m'a raconté assez récemment que mes parents se seraient entre-tués. Comme quoi le gêne de psychopathe pourrait être héréditaire, n'est-ce pas ? J'aurai perdu la mémoire quelques temps plus tard dans une famille d'accueil en me prenant le bord d'une table, la classe quoi...

En tous cas d'aussi loin que remonte ma mémoire aujourd'hui, j'avais la fâcheuse tendance à être connu comme étant impossible à adopter après cela. Quand ce n'étaient pas les autres enfants de la famille ou les animaux qui me craignaient je me faisais un belle réputation de fou parmi les enfants du voisinage. Autant vous dire que je suis passé par à peu près tous les noms d'oiseau, aussi bien dans le voisinage qu'à la maison quand j'y restais assez longtemps pour que cela arrive en tous cas. Je me rappelle encore de cette petite sœur traumatisée par le fait que je lui avais fait une coupe à ras ; je m'étais juste demandé ce que ça donné sur une fille. Bon, d'accord, les ciseaux ont un peu dérapé, mais bon, on va pas en faire un drame. Ou encore l'empoisonnement du petit frère de l'autre famille là, ah ça c'était marrant, j'aurait jamais pensé trouver tant de poison dans un si joli jardin. Mine de rien ça a été la famille qui m'a gardé le plus longtemps : ils se persuadaient que c'étaient des accidents. Je ne vais pas non plus dire que je faisais exprès de manquer de peu de tuer petit frère, mais ne confondons pas accident et expérience. Je crois qu'ils ont fini par comprendre le jour où j'ai voulu essayer le couteau sur le doigt de petit frère, je ne voulais pas gaspiller un morceau de viande encore mangeable à cause d'un couteau émoussé, et puis il n'avait pas besoin du petit doigt de toutes façons, il m'avait dit qu'il voulait arrêter définitivement le piano je ne faisais que l'aider.

Personne ne comprenant ma curiosité - il doit bien y avoir un moyen de répondre aux questions existentielles - ni mon altruisme, je me retrouvais donc à aller de famille en famille mais mes possibilités commençaient à être restreintes : à l'approche de mes onze ans il ne restait plus beaucoup de familles qui ne me connaissaient pas encore. C'est alors que comme par miracle une petite dame que je connaissais bien a déboulé dans ma vie. Je pensais que j'allais finir en orphelinat et sans doutes aller d'orphelinat en orphelinat - cela aurait été pratique n'empêche, j'aurai eu plein d'enfants à disposition pour mes expériences - quand tout d'un coup je me suis retrouvé dans un grand bureau à regarder cette petite dame signer les papiers nécessaires pour m'adopter. Si c'était une folle ? Ah, aujourd'hui je vous répondrais "très certainement", mais ce n'est pas pour cela qu'elle m'a adopté. Cette petite dame à l'apparence très noble et bourgeoise mais qui cache toujours une petite réserve d'alcool fort à ses portes-jarretelles et qui n'avait pas honte de me présenter à son amant de la semaine était en réalité ma tante, Sayaka Maeda.

Elle s'était barré je ne sais où en Amérique la veille de la dispute qui mena mes parents à leur mort, évidemment je ne me souvenais pas du tout d'elle mais elle elle se souvenait bien de moins. Elle disait que cela la faisait rire de voir que je n'avais pas changé. Elle me parla du jour où j'avais fait fuir le chat de la famille en le poursuivant pour tenter de lui voler sa queue et ses oreilles - vous comprendrez dans quel sens -et me rendit même le fameux couteau qu'elle m'avait confisqué ce jour-là. Puis j'ai eu droit tous les jours à des discussions que personne n'a avec ses parents en temps normal, sur le sexe avec les Américain qui était sérieusement étrange par moment, ou encore les différents personnages étranges qu'on pouvait croiser au bar. J'avais droit aux avertissements à propos de quel garçon ou quelle fille - oui ma tante était aussi de ce bord-là parfois quand elles étaient bien roulées - il valait mieux éviter au lit et lesquels étaient parfaits dans telle ou telle situation. En bref alors que je sortais tout juste de l'école élémentaire j'ai eu droit a une éducation assez particulière, et le plus drôle dans tout ça c'est que ça m'a un peu calmé en ce qui concerne les expériences. Au moins ça m'aura évité de tourner violeur, mais ça m'a vite fait découvrir en contrepartie que j'avais une petite préférence pour les hommes.

Ah oui, les rumeurs sur moi, vous vous en rappelez un peu ? Aller, réfléchissez un peu, je suis sûr que vous les avez déjà entendu : le professeur envoyé à l'hôpital par ma faute, les gros bras de mon établissement envoyés au tapis alors qu'ils me regardaient d'un peu trop près, le fait que je sois gay, que je me sois décoloré les cheveux... Et bien sachez que tout cela est parfaitement et absolument vrai sur toute la ligne à quelques détails près. Détails qui en fait empireraient les rumeurs s'ils étaient sus puisque vous avez sans doutes juste entendu la version soft de la réalité. Forcément Sayaka est la seule à pouvoir me contrôler et éviter que je fasse trop de connerie, cette femme a une force surhumaine et s'énerve deux fois plus vite que moi, et Dieu sait pourtant à quel point je peux vite m'énerver. À la maison ça ressemblait à des petites bagarres amicales quand on s'énervait l'un contre l'autre, mais dès que Sayaka s'énervait sur un de ses amants ou que je me retrouvais pris dans une dispute quelconque c'était une autre histoire, et tout cela se terminait souvent à l'hôpital. Rarement pour nous, évidemment, plutôt pour les autres. Apparemment c'est de famille cette histoire d'hyper-violence, mais j'ai été le seul après avoir littéralement manqué de tuer l'autre professeur - il avait regardé d'un peu trop près le mec que je visais depuis le début de l'année - à vouloir tenter d'atténuer cela en allant voir un psychiatre.

Sayaka m'a bien averti de ne pas parler de mes pensées habituelles, de mes expériences et autres idées tordues en somme, cela risquerait de m'apporter des problèmes, alors je me contente en présence de ce psychiatre de sembler tout à fait normal en parlant comme n'importe quel autre garçon et en me concentrant sur décrire mes périodes de colère de manière assez général, sans parler des pensées meurtrières qui peuvent me parvenir. Avec le temps et un peu de travail j'ai réussi à maîtriser plusieurs de mes colères, même si c'est pas encore tout à fait ça... Mais je ne suis plus dans un établissement gênant depuis que j'ai failli tuer ce professeur : j'ai été transféré dans Fairy Tail High School directement après que Sayaka ait rendu visite au professeur à l'hôpital ; inutile de préciser que ce bon monsieur a jugé meilleur de dire que c'était un accident survenu au cours d'une de nos discussions quotidiennes et qu'il ne voulait pas porter plainte contre le jeune et adorable adolescent que j'étais.

J'ai été transféré à l'Académie des Fées donc en début de l'année Freshman, en classe sportive directement puisque c'était une de mes passions depuis toujours. Je faisais plusieurs sports depuis que Sayaka m'avait adopté, et dès mon entrée dans cette classe je me suis inscrit au club de football. Au début je me suis rendu compte que j'étais loin d'être un des meilleurs dans certains sports, mais par passion et peut-être un peu par jalousie je me suis fixé pour but d'arriver dans les meilleurs avant la fin de l'année. Je n'y suis pas parvenu en réalité, mais dès mon entrée en classe Sophomore ça a été une autre histoire, j'ai été admis en cours d'année en tant que chef de l'équipe de football de l'établissement, un honneur pour un élève de ma promotion. J'ai aussi apporté un certain intérêt pour les matières artistiques même si elles étaient minimes dans ma classe, mais je n'ai pas cherché à en faire plus : la classe artistique me donne des frissons dans le dos, je les trouve trop laisser-aller pour être vraiment intéressants. Et que va-t-il arriver cette année ? Comme toutes les autres années j'espère beaucoup de choses, puisque Fairy Tail High School est sans doutes l'établissement le plus étrange qui soit comme nous le concluons bien souvent Sayaka et moi quand je rentre à la maison pour les vacances.

Sato Maeda, classe sportive, Junior

Liens :

SAYAKA MAEDA


« Je ne sais pas comment elle s'est débrouillée, mais Tante Sayaka a trouvé le moyen de partir cinq ans en Amérique la veille de la tuerie qui se déroula entre mes parents. Elle ne veut pas me raconter la raison de ce départ mais en tous cas je sais déjà tout ce qu'elle a fait en Amérique, même ce qui est le moins catholique. Elle paraît noble et douce comme ça mais plus dévergondée que Sayaka-san... Cela ne m'étonne pas qu'elle n'ait toujours pas de mari, mais actuellement elle a un petit-ami. Bon, j'aime pas sa gueule, mais on va faire avec. Même si elle a tout juste 12 ans de plus que moi je l'appelle Maman depuis qu'elle m'a adopté. »



MASARU SATAKE


« Un petit nouveau aux traits d'enfant que j'adore taquiner~ Masaru joue vraiment très bien, tellement bien que je peux me permettre de le laisser "se reposer" plutôt que de s'entraîner... à condition qu'il veuille bien nous encourager dans le joli uniforme scolaire féminin de l'établissement. ♥ Coin, les filles ne viennent pas assez souvent aux entraînements à mon goût, et j'aime voir la bouille boudeuse de Masaru-chan. »



MIHA RASU


« Une spécialiste en saut en hauteur avec laquelle j'ai vaguement fait connaissance l'an dernier. C'est... une fille coin. Avec les commérages en moins il faut l'avouer. Elle a un très bon niveau sportif cette fille, mais elle est définitivement trop rapide : impossible de l'aborder facilement. J'ai entendu dire qu'elle avait un frère jumeau en classe artistique, faudra que je me renseigne, elle m'intrigue... »



JELLAL FERNANDES


« L'un des beaux gosses de la classe Senior ! Les filles s'arrachent les places pour les matchs dans lesquels il joue, mais apparemment il ne s'intéresse à aucune. Quoique... je l'ai déjà vu traîner dans la classe Senior Normale, apparemment il a un œil sur cette déléguée aux cheveux rouges. Erza c'est ça ? J'ai cru entendre que cette fille était dangereuse, je serai presque jaloux de Jellal~ »





JOUEUR

Niveau de RP : Je pense... plutôt bon ?
Comment as-tu découvert ce site ? Grâce à Matteo~
Autre : Coin ! Et accessoirement je n'aime toujours pas faire des descriptions physiques. /bus/




Crédits : code by Matteo Calvetti

_________________


Vous connaissez la Piou Invasion ?:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matteo Calvetti
« Oh la belle paire de... »
avatar

Activité : Actif
Messages : 542
Date d'inscription : 09/11/2012
Age : 21
Localisation : Si tu me le demandes c'est que tu le sais.

Carte d'identité
Capacité Active: Peut poster un message unique, même dans un RP privé, pour prévenir d'une de ses explosions.
Capacité Passive: Est capable de reconnaître une fille rien qu'en voyant sa poitrine ; ça compense sa mémoire médiocre des visages.
Relations:

MessageSujet: Re: Sato Maeda - Coin vert le retour ! /bus/   Jeu 23 Mai - 16:28

Enfin tout lu, j'aime toujours autant tes persos. *^*

Bon voilà j'ai tout lu, tu m'as fait un gros bordel dans la description physique mais dans l'ensemble j'ai compris... Alors on va dire que je te valide. :3 Bon jeu !

_________________


Muahah:
 

Avatars~:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nofacekun.yolasite.com/
 
Sato Maeda - Coin vert le retour ! /bus/
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le bon coin
» Retour aux bercailles [Qui veut]
» L'homme est de retour ...
» Jean-Bertrand Aristide : Un comité pour son anniversaire et son retour
» retour de la droite dure en Suisse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail High School :: Généralités :: Inscriptions :: Admis-
Sauter vers: