AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexionLe dernier numéro du journal du forum~♥

Partagez | 
 

 Val Inagawa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Val Inagawa
« Délizia, arrête de me sauter dessus quand tu es nue... »
avatar

Activité : Actif
Messages : 27
Date d'inscription : 24/04/2013

MessageSujet: Val Inagawa   Mer 24 Avr - 10:53


Val Inagawa


CARTE D’IDENTITÉ


Âge : 15 ans
Sexe : À ton avis ?
Activité : Élève en classe artistique
Statut scolaire : Externe
Capacités : Active : Peut entrer dans n'importe quel RP se passant dans une bibliothèque. / Passive : En cas de gros problème sa garde personnelle intervient automatiquement, qu'il le veuille ou non. Sauf que, la notion de "gros problème" étant plutôt abstraite à l'esprit de cette même garde, cela le met souvent dans des situations cocasses.
Club : Squatteur *sort*
Classe et cursus : Freshman cursus littérature




DOSSIER MÉDICAL

Groupe sanguin : A+
Taille : 1m65
Poids : 57kg
Allergies : Piqures d'abeilles (pouvant être fatal)
Handicaps : Dispense de piscine (ne sait pas nager et doit cacher ses tatouages de Yakuza)
Troubles : Aucun
Phobies : Achluophobie (peur du noir)




PORTAIT ROBOT

Description Physique : Plus petit que la moyenne, chétif de nature, assurément je ne suis pas de ceux qui impressionnent au premier regard. J'ai gardé des traits très juvéniles encore qui parfois mènent autrui à l'erreur de me prendre pour une fille ; je ne m'en vexe plus vraiment, ce n'est pas ma routine mais ce n'est pas non plus si rare. Je n'ai, vous n'en douterez pas, pas de muscle apparent, et suis bien trop maigre il faut l'avouer, pourtant il ne faut pas me croire fragile pour autant, bien au contraire mon ossature mêlée à une musculature discrète me rendent plutôt résistant. Ce n'est pas la première idée qui vous viendrait à l'esprit en me voyant pâle comme un linge n'est-ce pas ?

Du reste pour faire court je n'ai rien de bien particulier en dehors de cette apparence efféminée et cette corpulence minime, comme tout japonais j'ai les cheveux noirs. Cependant il est vrai que j'ai les yeux plus arrondis et les iris verts, je tiens cela du côté de ma mère, sans doutes dans sa famille y avait-il quelqu'un ayant ce genre d'yeux, je ne les connais pas cependant il m'est donc impossible de confirmer mon hypothèse d'une quelconque façon. Je suis assez impassible de nature, cependant il peut m'arriver d'esquisser un sourire. Je n'accorde de sourire sincère le plus souvent qu'à ceux qui me sont plus précieux que tout, actuellement ma mère et mon jeune frère, ou parfois laisse échapper un sourire malveillant quand un mauvais tour me vient à l'idée : il faut bien savoir s'amuser parfois.


Style Vestimentaire : Dans l'ensemble je n'aime que le traditionnel. Actuellement, si je le pouvais, je ne me vêtirais que de Yukata. Mais finalement je n'en porte qu'en intérieur, chez mon grand-père, et quelques rares fois en extérieur, lors des fêtes traditionnelles. Du reste, je porte principalement l'uniforme scolaire le plus correctement possible : sans pli intempestif, veste fermée, cravate bien nouée, boutons de la chemise - blanche évidemment - fermés jusqu'à l'avant-dernier. Lorsqu'il s'agit de sortir en ville par ailleurs, si ce n'est pas lors d'une journée de cours où je porte encore l'uniforme scolaire, je porte des vêtements très sobres, et plutôt sombres sans pour autant partir dans le costard-cravate noir ; trop peu discret pour un jeune homme de mon âge. Trop peu discret tout court d'ailleurs... La mode ? Connais pas, j'ai vraiment besoin de m'en informer quand il existe des tenues passe-partout ?


Description Mentale : Comment commencer... Hum... Je n'ai guère d'ouverture sur le monde moderne, guère de passion et donc guère de rêve. On me dit souvent vieux jeu, ou vieux tout court malgré mon très jeune âge. Je ne contredirais personne sur ce point-là pour tout dire. D'ailleurs, mon expression favorite ne manque pas de me vieillir un peu plus. « Ha, les jeunes de nos jours... » Il faut dire que la jeunesse me laisse quelque peu perplexe sur ses compétences et son futur. Des gamins insouciants, faibles d'esprit comme de corps, véreux sans-scrupules ou imbéciles naïfs. Je me demande où est passée la force d'antan. Il faut dire aussi que j'ai été élevé à l'ancienne avec mon grand-père ou ma famille tout simplement : dès mon plus jeune âge on m'a enseigné les arts-martiaux, forgeant ainsi aussi bien mon corps - même si cela se voit peu de par mon physique chétif que je tiens de ma mère - que mon esprit, également développé aux jeux tactiques - mah-jong, hanafuda... - et à la lecture classique, traditionnelle.

Ce sens de la tradition, on peut le retrouver dans un peu toutes mes préférences. Ma tenue préférée ? Sans aucun doute le Yukata. Ma matière préférée ? Les Mathématiques, et ce dû aux Sangaku, ces énigmes exposées aux temples. Mon jour préféré ? Hanami... Qui n'aime pas admirer les cerisiers en fleur près d'une mare avec un bon thé ? Peut-être est-ce un peu trop calme pour certains... Mais je déteste le bruit. Pour tout dire, ma sœur, Mina, m'a déjà plus d'une fois qualifié d'animal. Malgré mon intelligence, quand un problème ne peut être résolu avec le peu d'indice que j'aurai récolté, je joue le jeu de l'instinct. Le bruit m'énerve, et bien souvent les gestes trop brusques me mènent à me mettre sur mes gardes au point d'en devenir menaçant, brutal. Bestial ? Peut-être bien, je n'ai jamais vraiment gardé de souvenirs très frais de mes deux ou trois colères. Je ne me met que très rarement en colère, mais quand cela m'arrive ce n'est pas juste une petite colère...

En effet, je suis très calme d'esprit. On pourrait me qualifier de sans-cœur, de personne froide. Je ne pourrais pas dire que cela est faut, après tout... Ou peut-être que si ? Tout être vivant est doué de son propre lot de sensibilité, disons juste que je cache mieux la mienne que ce que vous pouvez cacher la vôtre. Je n'aime pas m'ouvrir à autrui ; je ne suis vraiment pas sociable au final, mon mépris pour la jeunesse ne m'aide pas à laisser les autres m'approcher, d'un autre côté mes précédents établissements étaient plus normaux que Fairy Tail High School alors il est possible que ce trait qui me caractérisait s'efface peu à peu avec le temps. Pour autant je ne suis pas très bavard. Tout cela de manière relative : s'il sera difficile d'engager une simple discussion avec moi, un sujet plus intellectuel qui demande réflexion pourrait tout de suite me mener à un grand intérêt. Je n'ai pour cela pas peur de me retrouver à discuter avec un futur détective ou un  futur flic : après tout, tant qu'ils n'ont pas de preuve, je ne suis pas un yakuza dangereux, n'est-ce pas ?

Mon intellect est en effet plutôt développé, pour quelqu'un de mon âge, bien qu'il reste très classique. Ne me parlez pas de vos stars et chouchous de la télévision, je ne les connais ni de nom ni de vu. Je me retrouverai face à la plus grande star mondiale que je n'en aurai aucune idée : pour moi, star, assassin ou paysan, ce ne sont que des humains. Je ne porte d'intérêt qu'à la notion d'ennemi et d'allier, du moment que vous ne faites partie d'aucune de ces deux catégories pour moi vous êtes un simple être humain. Aussi, je ne vous accorderai aucune confiance, au point même de pouvoir vous mentir sur un tout et un rien. Pour donner une image très simple : si vous êtes ennemi ou neutre à mes yeux, vous seriez au dessus d'un gouffre retenu par ma main que je n'aurai aucun scrupule à vous lâcher. Cependant, si vous avez éveillé le moindre intérêt pour moi - même le plus égoïste des intérêts car en effet je suis un être égoïste de nature - il se pourrait que je fasse de vous ma propriété personnelle... et dieu sait à quel point un animal sauvage protège jalousement son territoire.


Niveau Scolaire : Excellent, j'excelle aussi bien en sport qu'en art, aussi bien en sciences qu'en littérature, à défaut d'avoir des résultats médiocres quand cela concerne ma sociabilisation avec les autres élèves. En vérité, je suis loin d'être infaillible, j'ai dans chaque matière un point faible : les fonctions en mathématiques me donnent mal à la tête, je ne sais pas nager pour le sport, histoire moderne a tendance à m'embrouiller et je refuse catégoriquement de chanter la moindre chose. Il n'y a qu'en littérature que je suis équilibré et n'ai pas de gros défaut de ce fait.
Rêves : Je suppose que mon rêve est d'être digne de succéder au Clan et de le diriger comme il se doit... je suppose...



BIOGRAPHIE

Passé : Mon passé n'est pas quelque chose que je dévoile comme ça, comme la plupart des gens d'ailleurs je pense. Disons que je suis né dans une famille particulière aux yeux de la société, puisque je suis né comme étant le fils du dirigeant du clan Inagawa-kai ; et accessoirement le fils d'une femme pas très équilibrée d'esprit... En effet, mon père, Seto Inagawa, s'est pris d'amour pour mon étrange mère, Eiki Abe, alors que celle-ci s'avère être un Caméléon. Je ne sais comment ils se sont rencontrés, mais mon père est tout de suite tombé d'amour pour elle. Je ne sais pas si ce fut également le cas de ma mère, Eiki Abe est une femme difficile à décrypter dans l'ensemble, toujours en train de sourire et de rire c'est à se demander si elle n'est pas un Kami jovial plutôt un être humain... De leur amour est née d'abord Mina Abe, une jeune fille au caractère bien trempé qui prétend vouloir vivre une vie normale alors qu'elle est sans doutes celle qui tient le plus de Seto Inagawa ; puis deux ans plus tard Kyuso Abe, supposé être l'Héritier du Clan. Je suis né cinq ans après sous le fameux nom de Val Inagawa - je pense que ma mère s'est bien amusée sur mon prénom - et enfin mon petit frère a déboulé un an et demi après dans notre petit foyer, Kirai Abe Inagawa. Nos noms ont été définis selon le chemin que nous avions pris : Mina avait décidé de vivre une vie normale avec son époux et avait pris le nom de ma mère. Kyuso a abandonné sa place d'Héritier et est parti en "volant" le nom de ma mère d'une certaine manière, bien que le terme soit un peu fort. Étant trop jeune et indécis encore, Kirai a gardé les deux noms, tandis que je prenais le nom de mon père en tant qu'Héritier.

Mais pour en revenir à une chronologie plus normale : à ma naissance, la famille était en parfait équilibre. Mina qui avait alors sept ans était déjà la petite terreur de son école, tandis que Kyuso apprenait de nombreux arts déjà à cinq ans dans l'optique de succéder à notre père. Mon petit frère est né un an et demi plus tard, on ne peut pas dire qu'à ce moment-là la famille avait changé. Dans l'ensemble, tout se passait pour le mieux, même si j'ai vite découvert en grandissant que Oniisan - Kyuso que j'appelai encore à cette époque par sa gentillesse envers moi et ma naïveté face au monde - avait tendance à être sérieusement en contradiction avec "papa". Quand il m'enseignait deux ou trois conseils en arts martiaux - je m'y étais mis très jeune par admiration envers Oniisan et Neesan (Mina) qui étaient déjà très doués - il me parlait souvent de rêves assez impossibles qu'il avait. Il voulait voyager alors qu'il allait être le dirigeant du troisième plus grand clan yakuza du Japon ? C'était complètement irréaliste, même pour mon esprit d'enfant. Pourtant autant Kirai que moi nous écoutions ses fables avec grand intérêt. C'est en grandissant un peu plus que tout changea du tout au tout.

Avec le temps je me rendais compte que cette ambiguïté entre notre père et Kyuso était inquiétante, dangereuse. D'ailleurs, cela ne tarda pas à éclater : je venais d'entrer au collège, donc mon frère avait environ 16 ans... Il était déjà beau jeune homme, bourré de charme et de charisme - ce n'était pas seulement parce qu'il était beau que lorsqu'il entrait quelque part tous les regards étaient irrésistiblement attirés vers lui, il avait ce quelque chose d'impressionnant et attirant que peu de gens ont - mais aussi bourré de stupidité, têtu et fonceur dans tout ce qu'il entreprenait. Il avait décidé un jour, comme ça, de se lever contre notre père, pour la première fois de lui dire non. Déjà dernièrement il avait sérieusement relâché son intérêt pour tout ce qui concernait le Clan. Kirai et moi qui avions assisté à la scène en étant cachés avions échangé en cet instant un regard inquiet que je n'oublierai jamais : nous savions parfaitement que cela en était fini de Oniisan dans la famille... Mina avait bien tenté de calmer le jeu, de persuader Kyuso de reprendre la tête du clan, mais Kyuso avait insisté pour finalement lâcher à notre père qu'il voulait se lancer dans le mannequinat. Un Yakuza ? Vulgaire mannequin ? J'en aurai rit, si à cet instant je n'étais pas déchiré à l'idée de ne plus revoir Oniisan. Et j'en rirais, si je ne lui en voulais pas tant d'abandonner ainsi aussi stupidement le Clan pour partir à l'autre bout du monde jouer les beaux gosses derrière un appareil photo, quand bien même le photographe en question soit l'un des meilleurs mondiaux et accessoirement son petit copain.

Pour la suite, je vais faire court sur cette situation : ce fut une réelle guerre à la maison pendant quelques semaines, ou quelques mois, puis finalement le jeu s'est calmé et en voyant que Kyuso était prêt à tout envoyer en l'air pour son rêve, notre père a finalement décidé d'accepter de le retirer de l'héritage du clan afin de l'aider à poursuivre sa passion. Comment peut-on tout lâcher pour un stupide rêve ? Cela n'a aucun intérêt ! Toujours est-il que notre p... non, que papa à partir de ce moment-là a quelque peu abandonné le reste de la famille. Mina s'en fichait un peu, elle avait à présent 19 ans - faites le calcul pour trouver que j'en avais donc 12 - avait son diplôme d'une grande académie - pas autant que Fairy Tail mais presque concurrente - en main et avait rencontré l'amour, elle avait déjà obtenu la bénédiction de maman et de notre père pour continuer sa vie avec cet homme et quitter le nid familial. Ce que maman pensait de cette guerre entre notre père et Kyuso ? Elle avait une confiance aveugle en... papa, à tel point qu'on aurait dit qu'elle savait à l'avance que cela allait bien se terminer. Ma tendre mère a la bienveillance d'Amaterasu en elle...

Ainsi, Kirai et moi nous sommes retrouvés, à cause de l'attention que portait papa à Kyuso, un peu seuls dans la maison. J'apportais grand intérêt à mes nouveaux cours particuliers : notre père et Sofu - mon grand-père - avaient décidé de m'offrir la succession au clan et de me permettre d'avoir le maximum de chance d'être l'un des meilleurs héritiers qu'il puisse y avoir pour le clan. Ils rêvaient pour moi, si je puis dire. Kirai, lui, venait me voir quand j'avais du temps libre. Maman et lui étaient mon champ de fleur, je ne me sentais bien qu'en leur présence. Bizarrement, toutes mes tensions - je pense que le fait d'être tendu est un de mes traits principaux - s'évaporent en leur présence. D'ailleurs, j'appris bien vite que Kirai, cette petite boule de timidité si difficile à toucher, était en train de devenir comme maman, un caméléon. C'était amusant de les voir changer d'apparence régulièrement, même si j'étais toujours émerveillé quand je les revoyais normal. Je pense qu'on s'émerveille plus encore de la beauté de quelque chose quand celle-ci se fait rare. Les magnifique cheveux flamboyants de maman sont d'une beauté suprême pour moi...

Mais cette situation ne pouvait pas durer bien longtemps. Le parcours était dur, je devais rattraper tout ce que je n'avais pas pu apprendre étant jeune, n'étant pas destiné à hériter. Tout ce que Kyuso avait abandonné je devais l'assimiler en trois fois moins de temps, et deux fois mieux tant qu'à faire. Pendant que je travaillais durement, mon père s'amusait à aider Kyuso. Vous vous étonnez encore que j'en veuille à cet être de stupidité et de naïveté extrême ? Très vite, j'abandonnais l'idée d'attirer l'attention de mon père qui depuis toujours m'avais paru si... lointain ? Inaccessible depuis toujours pour moi. Finalement, je me rapprochais un peu plus de mon Sofu qui venais me voir régulièrement pour vérifier mon évolution. Après quelques temps, afin de laisser plus de temps à mon père pour régler toutes ses affaires et pour ne pas surcharger ma mère de travail - étant assez instable il aurait été difficile de penser qu'elle pouvait s'occuper de Kirai et moi en même temps, d'autant plus que j'étais un peu décalé comparé à eux - Sofu proposa de me prendre en charge. C'est ainsi que je suis parti habiter et continuer mon apprentissage chez lui, dans cette demeure traditionnelle qui est devenu mon berceau de calme et de paix depuis quelques temps.

Évidemment, la présence de maman et Kirai me manque souvent. Quand je rentre à la maison, c'est uniquement pour les voir eux. Il m'est bien arrivé une fois de retrouver donc mon frère, Kyuso, accompagné de son photographe ; un jeune homme très agréable et charmant d'ailleurs. Mais ces retrouvailles ne m'ont rappelé qu'une chose : Kyuso a toujours possédé tout ce que je ne possédais pas. L'amour de mon père, l'apparence charismatique - car mon corps chétif est bien ridicule - et forte, la liberté... un compagnon de choix également. Si je suis également tombé pour ce photographe ? Dire le contraire aurait été stupide de ma part. D'un autre côté, je pense que sa chevelure rousse a sérieusement altéré mon jugement : j'avais l'impression de me retrouver avec ma mère et mon petit frère à ses côtés, avec un petit quelque chose de naïf qui me troublait moins que la naïveté de mon frère. Oui, Kyuso a tout que je n'ai pas. Il ne m'aura laissé que l'héritage du clan, quelque chose que je n'ai jamais demandé mais que moi je n'abandonnerai pas comme il l'a fait stupidement avant moi... Comment ? Je n'ai en effet parlé que de ma famille jusque là, mais pour tout vous dire mon parcours scolaire aura été banal. J'ai toujours eu des résultats excellents, tout en refusant toujours de sauter une classe. J'avais déjà assez à supporter les élèves stupides de ma classe pour ne pas non plus avoir à supporter de nouveaux élèves chaque année. Cette jeunesse que je hais...

Après avoir été donc élevé par Sofu, avait appris tout avec lui jusqu'à forger ce que j'aime aujourd'hui, celui-ci décida de me faire quitter le cursus normal pour profiter de notre présence dans cette ville dans laquelle se trouvait une des meilleures académies qui soient : Fairy Tail High School. C'est ainsi que cette année, moi Val Inagawa, je met pour la première fois les pieds dans un établissement exceptionnel sans trop d'espoir pour la suite. Je ne connais que le nom et la réputation de cet établissement. Je n'ai pas internet chez Sofu et n'apporte aucun intérêt à ce que peuvent dire les journaux ou les émissions, alors je ne sais rien de ceux qui entrent dans cette Académie. J'ai simplement décidé d'intégrer la classe artistique par intérêt pour le cursus littérature classique, de toutes manières je peux suivre n'importe quel cursus étant donné que mon avenir est tout tracé. Je ne m'attends vraiment pas à ce que je vais découvrir à Fairy Tail...


Liens :
Seto Inagawa

Actuel dirigeant du Clan Inagawa-kai, c'est aussi mon père... Contrairement à son père avant lui, il ne dirige pas le clan d'une même main du fer et se tourne plutôt vers des idéaux plus modernes pour notre groupe. Du coup il se montre bien plus laxiste, surtout envers mon frère aîné... Je dois lui succéder, alors il se montre bien plus sévère envers moi, même si pour tout dire il ne porte pas grande attention à cela dernièrement étant donné que j'habite chez mon grand-père. Malgré toute la rancune que je peux avoir pour lui à propos de ce qui est arrivé avec mon frère, le fait qu'il soit dirigeant du Clan me force à éprouver un profond respect pour lui.


Eiki Abe Inagawa

Eiki Abe de son vrai nom, Inagawa depuis qu'elle est mariée, est mon étrange mère. Elle n'avait pas grand rapport avec le monde yakuza auparavant, pour tout dire elle n'avait aucune chance d'en avoir puisqu'elle était plutôt du genre à vivre sa petite vie tranquillement au jour le jour sans jamais s'approcher de quelque chose qui la changerai. Il faut dire aussi qu'elle n'avait pas non plus une vie banale : ma mère est ce qu'on appelle un Caméléon, elle n'a jamais la même apparence la plupart du temps, et je pense qu'elle a de sérieux problèmes mentaux ce qui expliquerait le comportement de mon petit frère. Cependant mon père l'aime toujours comme au premier jour, et je dois avouer qu'elle est également un peu ma faiblesse au sein de la famille : je suis incapable d'être un tant soit peu froid envers elle...


Mina Abe

Mina Abe est l'aînée de notre fratrie. Si elle ne porte pas le même nom que moi tout en étant ma grande sœur, c'est uniquement parce qu'elle a décidé de couper les ponts avec le monde yakuza depuis qu'elle est en couple, ayant donc récupéré le nom de notre mère et prévoyant d'ailleurs de changer encore de nom en se mariant avec son compagnon. Elle a beau dire, elle est certainement la plus connaisseuse des droits et devoirs d'un yakuza, elle m'a pour tout dire plus d'une fois conseillé quand elle venait plus souvent voir notre famille, mais depuis qu'elle est en voyage je la vois plus rarement. C'est une véritable boule de feu qui réussit sans difficultés à tenir tête même à notre père ; grand-père la respecte énormément plus que ce qu'il peut respecter Kirai, Kyuso ou même moi-même.


Kyuso Abe

Kyuso Abe est en effet mon grand frère. Devant normalement hériter du clan après mon père, il a décidé de refuser cette vie pour se lancer dans le mannequinat ; et évidemment mon père a accepté, à croire que c'est de lui que Kyuso tient sa stupidité... Il veut se donner une apparence froide, mais mon grand-frère est un romantique et un idiot pas tenté. Il a réussit à lancer sa carrière hors du pays et depuis profite d'une belle vie en tant que mannequin attitré d'un célèbre magazine de mode en espérant que personne ne découvre ses origines. J'ai bien eu quelques nouvelles de lui, notamment un jour il est venu nous rendre visite en catastrophe à cause d'une mauvaise plaisanterie de ma mère, accompagné de son photographe et accessoirement petit-ami.


Kirai Abe Inagawa

Le plus jeune de notre fratrie, Kirai, tient bien plus de notre mère que de notre père, et je préfère bien cela. Il est du genre cependant assez impassible, à croire qu'il n'a pas de sentiments, mais quand on le connait il est plutôt réservé et attentionné. Comme notre mère, il a des tendances de Caméléon, mais contrairement à elle à la maison il ne s'embête pas à ce genre de jeux étranges et se contente d'être lui-même. J'ai un peu plus de facilité à être froid envers lui qu'envers ma mère, je n'ai pas envie qu'il se mette à faire comme Kyuso alors je suis assez dur avec lui, mais malgré tout c'est celui de la famille auquel je fais le plus attention, et bien souvent à cause de cela je suis assez sensible en présence de personnes lui ressemblant un tant soit peu...


Sanji Inagawa

Sanji Inagawa, mon grand-père que j'appelle respectueusement Sofu, est l'ancien dirigeant du Clan Inagawa-kai, et le père de mon père. Je n'ai pas connaissance de la famille du côté de ma mère... Sofu a pris assez rapidement sa retraire en tant que chef de Clan, mais malgré tout il a accepté de s'occuper de moi et m'a même pris sous son aile il y a quelques temps, me permettant d'habiter chez lui. Il a été pour moi à la fois ma famille et mes amis ces dernières années ; vous pourrez dire que c'est à cause de cela que je me comporte "comme un vieux" selon vos dires, mais je ne regrette pas d'être élevé par Sofu. Mon père ne me manque pas le moins du monde... Sofu est quelqu'un de très strict et traditionnel, alors j'évite de le décevoir quelle que soit la situation.


Frédéric Lafonte

Photographe européen de renommée, on dit que n'importe laquelle se ses photographies peut donner de la beauté à tout ce qui s'y trouve, aussi banal ce fut. C'est un homme plutôt sensible et naïf mais aussi très jovial et dynamique. Il est assez original avec ses cheveux roux méchés de blanc... Je l'ai rencontré malheureusement grâce à mon frère ce seul homme qui a été capable d'entrer dans ma bulle : en effet, Frédéric est le petit-ami de Kyuso. Dans l'ensemble je me suis parfaitement bien entendu avec lui. Un peu trop même, aussi chaque fois que je reçois des nouvelles de lui par lettre - l'Internet est complètement banni de ma vie présente, ne l'ai-je pas dit ? - je n'y jette même pas un oeil. Je jalouse terriblement mon frère d'avoir "en sa possession" un être aussi parfait à mes yeux et à mon coeur...


Ella Blow

Cette folle s'est perduadée à notre première rencontre que je faisais partie du même genre de basse racaille qu'elle était, et je m'expose à chaque sortie de l'établissement à une rencontre avec cette gamine irresponsable. Elle a décidé soudainement, sans me demander mon avis, de faire de moi son "bras-droit" attitré. Si elle savait que j'étais l'héritier Inagawa, elle ne plaisanterait pas autant sur la situation... Mais je préfère rester un tant soit peu discret sur mes origines lorsque je sors de l'établissement, il serait malencontreux d'attirer de trop l'attention, j'évite seulement de la croiser autant que possible.





JOUEUR

Niveau de RP : Adaptable
Comment as-tu découvert ce site ? 8B
Autre : Bump.




Crédits : code by Matteo Calvetti
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Val Inagawa
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Yakuza : clan Inagawa-Kai – pris : 0/1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail High School :: Généralités :: Inscriptions :: Admis-
Sauter vers: