AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexionLe dernier numéro du journal du forum~♥

Partagez | 
 

 Boum.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Matteo Calvetti
« Oh la belle paire de... »
avatar

Activité : Actif
Messages : 542
Date d'inscription : 09/11/2012
Age : 21
Localisation : Si tu me le demandes c'est que tu le sais.

Carte d'identité
Capacité Active: Peut poster un message unique, même dans un RP privé, pour prévenir d'une de ses explosions.
Capacité Passive: Est capable de reconnaître une fille rien qu'en voyant sa poitrine ; ça compense sa mémoire médiocre des visages.
Relations:

MessageSujet: Boum.   Dim 10 Fév - 14:25


MATTEO SFORZA CALVETTI


CARTE D’IDENTITÉ


Âge : 16 ans
Sexe : A ton avis ?
Activité : Étudiant junior, a sauté une classe
Statut scolaire : Interne
Capacités : Peut poster un message unique, même dans un RP privé, pour prévenir d'une de ses explosions. (active) / Est capable de reconnaître une fille rien qu'en voyant sa poitrine ; ça compense sa mémoire médiocre des visages. (passive)
Club : Y'a pas.
Classe et cursus : Classe normale, cursus scientifique (médecine)




DOSSIER MÉDICAL

Groupe sanguin : B+
Taille : 1m70
Poids : 66kg
Allergies : Poils de chien (symptômes : urticaire et éternuements)
Handicaps : Aucun
Troubles : Prosopagnosie : Matteo ne peut reconnaître un visage, ceux-ci lui apparaissent dans sa mémoire comme une fumée blanchâtre sans forme particulière. Néanmoins la reconnaissance affective fonctionne assez bien chez lui, aussi s'il ne reconnait pas un visage il peut néanmoins savoir s'il l'apprécie ou non. Cela se limite beaucoup à la famille néanmoins, et dans le cas d'un ami il aura tendance à avoir besoin de plus qu'une semaine de bonne entente pour que l'affection soit suffisante à le reconnaître ; ainsi, il reconnait trop peu de gens et doit se baser sur d'autres détails pour reconnaître quelqu'un. (cf. Capacité Passive)
Phobies : Claustrophobe
Autre : Fume.




PORTAIT ROBOT

Description Physique : J'aime ce genre de champ inutile dans les fiches, on remarque tout de suite si celui qui se décrit est un gros narcissique ou un coincé, muarf muarf. Pour ma part je vais faire court parce que je ne veux pas m'attarder sur une chose de cette évidence. Dans l'ensemble, l'idée qu'on se fait de moi quand j'arrive c'est toujours "racaille", "bizarre", "blasé" et j'en passe, c'est pas jojo à première vue. Il est vrai que je n'ai pas un regard gentil, j'ai souvent les sourcils froncés en une mine sévère et je ne me tiens pas droit quand je m'arrête généralement, mais quelqu'un qui a vraiment le coup d’œil remarquera bien vite que ma démarche reste posée et droite, que même si je me met à l'aise dans mon fauteuil je reste droit sur ma chaise, que même si je n'ai pas l'air sympathique ce ne sont que les traits de mon visage dans des moments impassibles.

Certains diront que je me suis coloré les cheveux. J'aurai pu, mais ce serait stupide, et puis je n'aime pas le coiffeur : ça parle ça parle, ça parle plus que ça ne coupe de cheveux quoi. C'est pour cela que j'ai les cheveux mi-longs. Je les tiens plutôt raides de ma mère même si le fait que je passe souvent ma main dedans ne les rend pas aussi lisses qu'ils devraient l'être, et je les ai gris de mon père. Pourquoi gris ? Étant jeune j'avais les cheveux noirs. Mais en arrivant vers la quinzaine, mes cheveux sont devenus de plus en plus clairs, à en être aujourd'hui presque blancs. Mon père avait eut la même chose apparemment, c'est plutôt rare mais cela arrive : lui avait eu les cheveux blancs à vingt ans, moi je les ai déjà à seize, même si en dessous il me reste quelques mèches plus sombres. Néanmoins elles ne resteront pas longtemps : d'après certaines études, cela serait dû au fait que certains mélanocytes coupent contact avec les kératinocytes, en d'autres termes le cheveux ne reçoit plus de pigmentation à sa création et pousse donc blanc. La raison en est inconnue, mais il est possible que ce soit à cause d'un "déficit de recrutement" des mélanocytes dans la gaine épithéliale, là où se trouvent les mélanocytes qui ne travaillent pas à la pigmentation sous le bulbe pilaire. En gros je n'ai plus de mélanocytes apte à pigmenter mes cheveux, tout ça pour dire que je vais finir blanc du bulbe dans pas très longtemps d'après ces recherches, néanmoins la raison reste incertaine...

Du reste j'ai les yeux verts. Étrange avec des parents aux yeux bruns ? Pas vraiment : tous deux avaient des gênes hétérozygote, en d'autres termes un gêne dominant brun qui avait défini leur couleur d'yeux, et un gêne récessif donnant la couleur d'yeux verte. Il a fallu par le coup du hasard que je récupère à ma formation ces deux gênes qui m'ont donné cette couleur d'yeux. Voilà, pas de lentilles, arrêtez de penser que je me modifie d'une manière ou d'une autre bande de fouines ! Du reste j'ai les cils courts, comme pour la plupart des hommes, mais les yeux légèrement en amande. Correction : ils ne sont pas en amande mais sont particulièrement fins et ma peau étant plutôt tendue apparemment cela donne cette impression d'yeux en amande, ils ne le sont pas vraiment. Au delà de cela, mes sourcils sont plutôt fins et légèrement inclinés vers l'intérieur, ce qui donne cette impression de regard sévère ou éventuellement désintéressé du fait de mes paupières légèrement tombantes.

Faisons court du reste : en Italie on s'imagine souvent quelqu'un à la peau basanée, détrompez-vous beaucoup d'entre nous aussi ont la peau claire. J'ai une peau de porcelaine, mais avec mes cheveux blancs je semble moins pâle que lorsque je les avais gris. Je ne m'expose pas souvent au soleil, ce n'est pas très conseillé pour les gens aux yeux clairs du fait d'une production moins forte de mélanine que chez ceux aux cheveux et yeux sombres ; en d'autres termes je ne bronzerai pas facilement et je n'ai pas vraiment la volonté de m'étaler au soleil toute la journée pour tout dire.

De manière plus générale pour en venir au corps cette fois-ci je ne suis pas particulièrement musclé, mais pas pour autant complètement dénué de muscles, de toutes manières cela serait trop dangereux pour la santé pour que je... D'accord, d'accord, j'arrête avec les cours de sciences ! Plus sérieusement, ce n'est pas parce que mes muscles ne sont pas particulièrement saillants que je n'en ai pas, j'ai une certaine force malgré tout. Je suis plutôt fin, pas un gros mangeur contrairement au reste de ma famille, et j'ai pour mains deux grosses paluches aux doigts carrés, on voit tout de suite que je ne fais pas de piano. Néanmoins mes index sont beaucoup plus fins que mes autres doigts : j'ai tendance à beaucoup aller sur l'ordinateur pour mes recherches mais je n'utilise que deux doigts pour taper sur le clavier, ce n'est pas parce que je tape lentement, au contraire, c'est juste une question d'habitude et de confort. De toute manière les autres doigts sont souvent pleins de griffures ; j'aime les chats...


Style Vestimentaire : C'est vrai que je ne m'habille pas de manière très voyante, dans l'établissement même je me contente principalement d'un uniforme scolaire même si je n'aime pas trop les cravates et compagnie, une chemise blanche suffit largement. On dit que la manière de porter l'uniforme défini la personnalité d'une personne. Je ne suis pas un fils à papa qui pour donner bonne impression boutonne sa chemise jusqu'à s'étrangler avec le col, ni même un adolescent en pleine rébellion qui déboutonne un maximum de boutons. Je porte la chemise normalement, les deux boutons du haut détachés pour que ça ne me prenne pas à la gorge, la cravate légèrement desserrée. Ni trop ni pas assez, c'est un peu en tout et pour tout ma réplique pour les vêtements. Ni trop classieux, ni trop décalé, un juste milieu qui reste plutôt classe tout en restant assez jeune et confortable pour moi. Même si le confort n'est pas le plus important à mon esprit.

J'ai un certain attrait pour la mode, une vieille habitude d'Italien, le fait d'avoir le Shopvillage à côté et de pouvoir faire du lèche-vitrine tous les après-midis après les cours. D'autant plus qu'avec mes parents adoptifs plutôt aisés, pour ne pas dire richissimes, j'en ai bien profité et j'en profite encore un peu, même si ça reste très limité par rapport à mes possibilités. Du coup j'aime bien me faire plaisir avec ce que je porte, des vestes sombres, des hauts plus ou moins colorés tout en restant toujours à la mode. Des hauts stylés rock, des mitaines résilles... Plus que les vêtements que je garde plutôt simples ce sont les accessoires qui m'intéressent, des accessoires généralement rocks pour accompagner mon habitude à porter de nombreux bracelets plus ou moins larges et pendentifs du style rock-gothique au design militaire. Chaînes, croix, faux piercings - définitivement les aiguilles c'est pas mon truc... - et autres accessoires plus pratiques que beaux comme des barrettes pour retenir ma frange en arrière quand je travaille : malgré tout j'ai les cheveux trop épais pour voir au travers... Déjà que j'ai besoin de lunettes pour me faciliter certaines lectures.

---


Description Mentale : Si je devais sincèrement dire comment je suis ? Eh bien... Il paraît d'après le philosophe que la chose la plus difficile qui soit est de se définir, car en effet on se suppose des qualités qui ne sont pas en réalité et on n'admet pas certains de nos défauts. Bien heureux est celui qui se connait à mon avis... Mais si je devais le dire sincèrement, je pense que je suis quelqu'un de cultivé et qui aime apprendre et déteste être en retard, c'est déjà la base. De là à dire que je suis intelligent... Peut-être. Sans doutes ? J'en sais rien du tout, ma manière de me comporter peut paraître stupide pour certains quand, à moi, cela me paraît parfaitement réfléchi ou évident. Je pense que c'est relativement subjectif sur ce point, néanmoins j'ai ma part d'intelligence. Elle n'est pas fabuleuse, c'est ma petite intelligence à moi et cela me suffit très largement de cette façon.

Je suis toujours curieux, je pourrais vous sembler impassible face à ce que vous me direz, mais je suis toujours très à l'écoute et je m'intéresse à beaucoup de chose. Je suis un peu touche-à-tout dans mon genre, j'aime tout essayer et m'intéresser à tout avant de prendre des décisions. Ce n'est pas parce que j'essaie toutes sortes de choses que j'apprécie forcément ce que je fais. Ce n'est pas parce que je m'intéresse à vos paroles que je vais aimer ce dont on me parle. C'est de la pure curiosité sans la moindre arrière pensée, même si curiosité ne veut pas dire que j'aime les radotages : la répétition me lasse bien vite, c'est une des raisons pour lesquelles je suis venu dans cet établissement. Le quotidien m'ennuie terriblement.

Si je rêve de devenir un héros ? Pas vraiment, la justice je n'y crois pas vraiment. C'est pour cela que je ne me précipite pas prévenir les autorités au moindre problème, de toutes façons le témoin et la victime en prennent tout autant que le coupable quelle que soit l'affaite. Vous avez déjà essayé de témoigner au collège pour quelqu'un qui s'était fait frapper ? Le coupable est puni, les témoins aussi dans la plupart du temps, et la victime c'est pas mieux. Quand le coupable est retenu, les témoins doivent parfois faire un gros travail et la victime n'est pas plus aidé après qu'avant. Je n'ai aucune confiance en la justice, pour moi c'est beaucoup trop abstrait et "humain" comme notion. Pas humain au sens du cœur, humain dans le sens qu'il n'y a que nous pour inventer ce genre de notion sans un sens réel.

Pour tout dire, je suis très matérialiste. La magie, les notions, tout ça ça me passe par dessus la tête. La seule chose plutôt abstraite à laquelle je m'attache éventuellement c'est la mode, mais voyez vous-même que j'admets cela comme étant purement abstrait. J'admets mes torts et les réalités même contradictoires avec ma façon de penser. De toutes manières on ne peut pas avoir juste jusqu'au bout, on finit toujours par faire une erreur et je suis bien le premier à le clamer haut et fort : quand j'en fait une, généralement, c'est pas une petite erreur.

Et oui, parce que " Il est toujours aisé d'être logique, il est presque impossible d'être logique jusqu'au bout" comme dirait Albert Camus. C'est sans doutes une des raisons pour lesquelles après des délibérations logiques en tous genres, cours de sciences en direct et expositions littéraires comme il m'arrive souvent de le faire - un défaut de la culture, autant je ne m'en vante jamais autant lorsqu'on me lance sur un sujet on ne m'arrête plus - je finis toujours par sortir une connerie plus énorme que ma mère (j'allais pas dire de moi, ce serait pas difficile sinon) et à partir dans un délire. C'est aussi pour cela que quand on me croit sérieux, il suffit de trainer avec moi pour comprendre tout le contraire.

A commencer par ma passion pour les poitrines. Bah quoi ?! Non j'en ai pas honte, une poitrine c'est beau, c'est très beau. C'est ronds, harmonieux, balancé, et quand c'est équilibré avec le corps c'est tout simplement magnifique ! Alors forcément j'ai une grande attirance pour les grosses poitrines, même si une poitrine disproportionnée par rapport au corps m’écœure un peu. C'est une question de recherche du corps parfait... Oui, je sais, c'est dépassé, et alors ?! L'art romain, le corps de l'homme, David, c'est tout une Histoire ! Et alors le corps de la femme, ça, ça c'est de l'art vivant. Homosex... QUOI ?! Tu me prends pour qui ?!

Oui je ne suis pas le plus indulgent qui soit, je comprend parfaitement les mœurs et ethnies mais malgré tout ça ne veut pas dire que je m'y attribue. Ils gardent leurs mœurs pour eux et moi je garde les miennes okay ? Je ne suis pas très très ouvert, je reste poli mais malgré tout je ne suis pas extraverti au point d'aller volontiers vers les gens, ou même si c'est le cas il faut y travailler un peu plus que ça pour réussir à nouer des liens avec moi. Sinon, dès le lendemain je vous aurai oublié... du moins pour les garçons, pour les filles j'ai tendance à les reconnaître à leur poitrine~

Du reste, pourquoi malgré mon "bon caractère" et ma "véritable apparence" suis-je traité de "racaille" ? Eh bien... J'avoue que je peux me montrer parfois violent et impoli face à ceux qui me cherchent trop, ou même faire certaines choses qu'il ne faut pas en temps normal. Mais jamais devant les professeurs, évidemment. Ah, et avant que j'oublie : chacun a sa passion n'est-ce pas ? La mienne ce n'est pas la recherche, les femmes ou les chats même si j'adore ça, ma passion c'est... les explosifs. Alors si vous entendez une explosion survenue soudainement, que vous trouvez un trou quelque part dans l'établissement, il y a des chances que je sois passé par là...

Vous voulez en savoir plus ? Apprenez à me découvrir vous-même.


Niveau Scolaire : Contrairement à ce que l'on peut penser en me voyant toujours flâner et "jouer les racailles", c'est pas pour rien que j'ai sauté une classe : effectivement j'ai un bon niveau scolaire, j'aime me renseigner et j'ai une bonne culture aussi bien scolaire que générale. Il faut dire aussi que même si je n'ai jamais rien sur moi pour réviser à première vue, j'ai en réalité toujours mon portable d'allumé avec internet à volonté. Comme quoi ça ne fait pas que détruire les neurones, quand on sait l'utiliser.

Rêves : Devenir maître du monde pour me faire un gigantesque harem des filles avec les plus grosses poitrines et adopter des gros matous~ ... Mais bon, avant ça avoir un boulot ce serait pas mal... Et peut-être intéresser les filles au lieu de leur faire peur... et les chats aussi... Pff, j'ai envie de me pendre... Je vais donc commencer par simplement viser le métier de mes rêves : devenir un bon médecin, c'est tout ce que je recherche pour le moment.



BIOGRAPHIE

Passé :
« Mon passé ? C'est pas vraiment une belle histoire... C'est pas non plus une histoire à l'eau de rose ou l'histoire du petit orphelin qui devient un super héros. C'est vrai, j'ai vécu une triste réalité moi, c'était pas cool au début puis ça s'est plus ou moins amélioré, enfin c'est allé petit à petit et je pense que je me plais plutôt bien maintenant dans ce que j'appelle mon petit présent. Après, du reste... »

3-5 ans
Doux et pelucheux

« Malgré ce titre qui pourrait faire penser que ça a été un passage chaleureux de ma vie, c'était pas vraiment les meilleurs années. Au contraire, je préfère pas m'en rappeler d'habitude, mais c'est ce qui a le plus "gravé mon petit disque interne", ce qui me revient le plus souvent en mémoire parce que c'est ce qui fait que je suis en grande partie ce que je suis aujourd'hui. Pourquoi sauter les trois premières années de ma vie ? Eh bien je ne saurais que vous dire dessus, à part que je suis né dans une famille tout à fait banale, pas vraiment aisée ni même pauvre, sans grand frère ou grande sœur. Mon père faisait de la sécurité et ma mère était professeur, nous ne nous situions pas vraiment dans une catégorie pauvre ou riche comme vous pourrez le remarquer avec leur salaire moyen et le fait que je n'étais pas très capricieux. J'avais pas vraiment d'intérêt à cet âge faut dire aussi...

Et je n'en ai pas eu en particulier, parce que c'est vrai que ça a vite mal tourné. Si vous saviez à quel point ces débiles ces trucs qu'on regarde à la télévision, c'est pour ça que je regarde plus la moindre émission maintenant... Bon, comment expliquer clairement... Ma mère et mon père avaient assez régulièrement des accrochages sur le fait que ma mère fumait comme un pompier et que mon père buvait un peu trop. Juste un peu trop, il n'était pas violent avec nous à l'origine, mais il était plutôt colérique de nature et l'alcool ne l'arrangeait pas vraiment. D'un autre côté, ma mère était assez changeante et difficile à suivre généralement, pas très à l'écoute pour un professeur. Moi, lorsqu'ils se disputaient, comme ma mère me l'avait dit je restais de mon côté sans rien dire. À cette époque je n'étais déjà pas très rassuré d'être seul ou de m'enfermer dans ma chambre à cause de cette idée de solitude justement, alors je restais souvent dans la pièce voisine.

Et quand ils se disputaient, je chantonnais les airs que j'entendais à la télévision. Vous savez, ces espèces de chansons de super héros censées pour donner du courage ou vous rendre heureux. Bon, c'était plutôt marrant, au début ça fonctionnait puisque évidemment à force d'y croire dur comme fer, notre esprit persuadait notre cerveau qui donc envoyait des signaux pour redonner courage ou rendre heureux. C'est stupide de voir comment ça fonctionne en fait... On est vachement manipulés quand on est jeunes ! Tout ça juste avec un peu de naïveté et d'auto-persuasion... Remarque ce mélange fonctionne presque autant quand on est adulte, sujet classé. Toujours est-il que vous vous doutez bien que je n'étais pas complètement calme et apaisé quand mes parents se disputaient. Du coup, pour me "redonner du courage", je chantais des chansons quand ils se disputaient. C'est ce qui a tout bouleversé, car un jour...

Un jour, ma mère et mon père était en pleine dispute, une dispute vraiment violente sur le coup, mon père était pas très net et ma mère avait déjà tellement enfumé la pièce que je ne voyais même plus leurs visages. Juste des formes voilées de blanc, qui remuaient nerveusement, rageusement, des cris qui s'élevaient au dessus de la fumée. Moi, j'empilais des briques en bois pour m'occuper, les faisant retomber par ennui direct pour m'y remettre étant donné que cela n'arrangeais rien à mon inquiétude et mon ennui, et je chantais tranquillement. Mes parents tournaient en rond entre la cuisine et le salon, du coup très vite le salon aussi a été enfumé, mais comme j'étais petit je ne l'ai pas encore remarqué. Au moins, pas jusqu'à-ce que mon père se précipite vers moi en criant. "ARRÊTE !" Je me suis pris une bonne baffe, ça c'est le moins qu'on puisse dire...

Il y a eu un court silence alors que je fixais les yeux de mon père. Puis le voile blanc est passé devant son visage, et comme je commençais à pleurer je n'ai pas plus vu. Un psychologue m'a expliqué que c'est cela qui a pu provoquer mes troubles de mémoire du visage, en plus du fait que je semblais avoir déjà à l'origine un léger trouble de la mémoire apparemment : un enfant pleure pour se rassurer, et comme je n'ai jamais été un gamin du genre à pleurer, ça a été une de mes premières fois. Le fait de voir de moins en moins le visage de mon père tout en me rassurant un peu a dû s'encrer dans ma mémoire de telle sorte qu'à présent ma mémoire efface automatiquement les visages de ma mémoire pour ne plus m'apporter le moindre choc émotionnel, comme si le visage était lié à un choc dans mon subconscient.

Mais revenons-en à mon histoire : comme je me mettais à pleurer, ça a été ma mère qui s'est mis à crier à mon père de me faire taire maintenant qu'il m'avait fait pleurer. Ne vous inquiétez pas, il ne m'a pas frappé et n'a pas tenté de me tuer. Quelle idée, seuls les idiots font ça, et même si mon père n'avait pas la science infuse ce n'était pas un imbécile. Il m'a attrapé, m'a soulevé de force par le bras, m'a fait monter à l'étage et m'a jeté dans ma chambre. Il a fermé à clé et est parti. J'ai bien tenté d'ouvrir la porte de force, d'autant plus que mes parents criaient de plus en plus fort... Mais rien n'y fait.

Par la suite, chaque fois qu'ils se disputaient, ils faisaient toujours comme ça. Au début je donnais des coups contre la porte, j'essayais de grimper au mur, je me persuadais que ça s'arrangerait en sautant par la fenêtre mais prenait peur aussitôt... puis je laissais la fenêtre ouverte pour me rassurer et allais dans un coin de ma chambre pour me recroqueviller et pleurer. Le retour du psy : ce genre de traumatisme a provoqué une certaine claustrophobie chez moi, plus encore le jour où mes volets ont été bloqués et que je me retrouvais dans le noir total, seul, à les entendre crier.

Mais mes parents n'étaient pas toujours aussi violents et mauvais. Par exemple, pour mon anniversaire, mon père n'a pas pu être là pour moi dans la journée mais a bossé énormément pour être présent le soir. Les disputes alcool-cigarette étaient plus rare qu'on ne peut le penser, juste assez fréquentes pour que j'ai eu ces quelques traumatismes. Sinon mon père était très doux et soucieux, comme ma mère qui, quant à elle, m'emmena le jour de mon anniversaire faire les boutiques de jouets pour choisir un cadeau moi-même et me faire patienter avant l'arrivée de mon père. Le même soir, quand papa est revenu, il est revenu avec un gros cadeau... C'était une grosse peluche chat, toute douce. Quoi ? Pourquoi vous me regardez comme ça ? ... Bon, d'accord, je l'ai gardée dans un coin de ma chambre à l'académie, c'est pas une raison pour me regarder comme ça ! D'ailleurs vous êtes pas censés le savoir, je l'ai cachée, toc.

Après ça à chaque fois qu'ils se disputaient et m'enfermaient dans ma chambre, je prenais ma peluche dans les bras et enfonçait le visage dedans. Elle était douce, rassurante... »

6-8 ans
"Mamma !"

« Tiens, j'aurai oublié de vous le dire ? Certains auront peut-être compris avec mon nom, mais bon je précise pour les incultes : avant je n'habitais pas du tout à proximité de l'académie, je suis italien d'origine. Ma famille était pour tout dire en Toscane, Italie. Certains diront que c'est de là que je tiens mon attirance pour les filles et le fait que je sois très entreprenant ; ce n'est qu'un stéréotype mais j'accepte cette éventualité puisque ce n'est pas complètement faux. Mais pour en revenir à nos moutons, après ces quelques histoires que je vous ai conté ça ne s'est pas arrangé. Bien au contraire, ça a empiré : ils commençaient à se disputer tous les trois jours, puis tous les jours, puis deux fois par jour... Bref, ça n'a rien arrangé à mes traumatismes qui ont empiré jusqu'à devenir ce que j'ai aujourd'hui, et encore ma claustrophobie s'est un peu arrangé puisque avant je ne pouvais même pas rester à un endroit sans que toutes les portes et fenêtres soient ouvertes.

Puis finalement ça a fini en guerres dans la maison, des objets étaient régulièrement lancés dans la maison. Un objet est resté dans les escaliers un jour, j'ai glissé dessus. Résultat, plein de bleus pour aller à l'école. Évidemment, les instituteurs n'en ont pas attendu plus pour demander enquête, et bien vite ils ont découvert les terribles disputes qu'il y avait entre mes parents. S'ensuivirent bon nombre de procès, des accusations en tous genre, des enquêtes à gogo... Bref, je ne vais ni faire la liste ni faire le compte des pertes exactes qu'eurent mes parents dans ce long combat judiciaire même si elles doivent environner les... Euh... Non je ne dirais rien, toujours est-il que je pense que vous avez deviné comment avaient terminés tous ces procès ? Non ? Allez, ce n'est pas difficile pourtant : la protection de l'enfant a eu tout fait de réunir toutes les preuves suffisante à prouver que mes parents ne pouvaient plus s'occuper de moi, et ils m'ont directement séparé d'eux. Si je leur en veux ? Non, ni à mes parents ni à l'a protection de l'enfant, si ça s'est passé ainsi c'est que cela devait se passer comme ça, c'est ce que je pensais étant jeune. J'étais pas difficile. Aujourd'hui j'y pense sérieusement, et je pense aussi que c'est ce qu'il fallait : mes parents étaient en période de trouble et je pense que le choc de mon départ a permis de les remettre dans le droit chemin tandis que cela me permettait aussi d'aggraver ma situation mentale.

Résultat je me suis retrouvé dans une famille d'accueil très sympathique qui reçu le droit de mes parents de me garder ; mes parents préféraient me voir dans une nouvelle famille plutôt que je ne vogue d'une famille à l'autre comme cela arrivait à beaucoup d'enfants ne pouvant rester avec leurs géniteurs. Donc je me suis retrouvé avec une nouvelle famille fixe, des gens tout à fait corrects, habitant à Venise et profitant de moyens financiers, comment dire... inhumains ? Je veux dire, ils faisaient tout ce qu'ils voulaient quand ils voulaient, c'est dire. Au début, je n'y a pas tant fait attention, pour tout dire j'étais encore un peu craintif et je pensais que les familles étaient habituées à toujours se disputer, mais c'était un couple très soudé. Ils étaient même surpris que je ne leur demande jamais rien, et pendant longtemps ils avaient peur que je ne me plaise pas avec eux.

Mais au contraire, très vite, je me suis mis à m'habituer à eux. J'ai commencé à avoir moins peur de m'enfermer, moins peur quand ils élevaient la voix - pour tout dire, mon père adoptif avait tendance à avoir la voix qui portait en toute occasion - et finalement, j'ai fais quelque chose qui a beaucoup plu à ma mère adoptive : un jour que je venais de rentrer de l'école, je la cherchais dans la maison. Elle a cru halluciner quand je l'ai appelé. "Mamma ! Sono tornato !" »

9-15 ans
Évolution d'un garnement intellectuel

« Ou comment apprendre à éviter d'avoir un gosse pourrit gâté. C'est vrai, de 9 ans à 15 ans c'est une assez longue période dans la vie d'un jeune de 16 ans, n'est-ce pas ? Mais comment dire... Il n'y a pas eu d'évènement bien précis pendant cette période, juste une forme d'évolution qui définit mon caractère, des événements bien dispatchés et qui souvent se répétaient et sont devenus assez quotidiens. Il faut dire aussi que ma vie avait assez radicalement changé. Déjà du côté de mes parents : ils étaient presque toujours à la maison. Mon père faisait du télétravail et pourtant avait une place plutôt bien gradée dans son entreprise, même si je ne saurais pas dire précisément ce que c'était. Quant à ma mère, elle était actrice, mais le studio dans lequel elle tournait le plus souvent était juste à côté de la maison, et pour tout dire elle m'emmenait parfois avec elle, du coup j'étais presque toujours avec mes parents contrairement à avant.

Ensuite, l'école : j'avais arrêté d'y aller parce que je ne m'y faisais pas tant d'amis que cela, et pour tout dire ils me détestaient bien vite étant donné que je les oubliais aussitôt. Dommage pour eux, les seuls visages que je retenaient étaient ceux de mes parents adoptifs puisque je les voyais tout le temps, même mes vrais parents étaient assez flous dans ma mémoire ; je les reconnaissais tout de même d'instinct lorsque l'on venait à se rencontrer. Du coup, n'allant plus à l'école, je faisais la connaissance des enfants des amis de la famille et faisait des études par correspondance. Cela ne m'a pas empêché d'être classé dans les meilleurs élèves de l'établissement, et même de sauter une classe, avec juste un léger coup de main une fois d'un professeur à domicile qui cependant n'a eu qu'à m'expliquer deux formules rapidement pour qu'ensuite je me débrouille seul.

Et puis, il y a les propriétés. Bon, je n'ai jamais été très possession et argent, mais c'était vachement pratique, je pouvais avoir un peu tout ce que je voulais, comme échanger le chien contre trois chats ! Bon, c'est pas très sympa pour le chien, je l'aimais bien cette bête mais j'y étais allergique pour tout dire. C'est pas trop grave, un ami à ma mère l'a récupéré, ça lui a bien fait plaisir et parfois on pouvait aller le voir, même si je restais à distance tout de même des endroits où il pouvait avoir perdu ses poils. J'ai évidemment eu ma période de caprices en tous genres, même si l'on a besoin de rien quand on a accès à tout on en profite toujours. Mais il y a une chose sur laquelle mes parents ne m'ont pas influencé, et heureusement : je gardais la valeur sentimentale en premier plan. Mes parents adoptifs avaient tellement accès à tout qu'ils avaient du mal à comprendre l'importance que j'attachais à ma peluche chat pour ne pas vouloir la changer...

J'avais entre autre une liberté totale. Je pouvais sortir quand je voulais, rentrer quand je voulais. Je ne restais pas longtemps dehors et jamais bien tard, pour tout dire une telle liberté ne vous mène pas à vouloir braver les couvre-feu, je trouvais cela parfaitement futile d'autant plus que je n'avais pas grand contact avec d'autres personnes que les amis de mes parents. Okay, je suis entreprenant, mais je ne garde personne en mémoire je vous rappelle. Par ailleurs, je revoyais parfois mes parents... Vous savez ? Mes géniteurs qui se disputaient tout le temps. Ils venaient parfois me voir. Ils ne m'avaient pas récupéré parce que le juge le leur avait refusé à cause des preuves de quelques violences qu'ils avaient eut sur moi, rien de grave à mon goût mais pour eux c'était la catastrophe. Toujours est-il que je les revoyais souvent, comme un oncle et une tante. Ils avaient une fille à présent, ma petite sœur. Je ne l'ai pas souvent vue, trois fois tout au plus, et maintenant je crains de la revoir et qu'elle m'en demande plus sur papa et maman, comment ils étaient avant et pourquoi je suis parti... C'était une petite qui aimait coudre à la main, elle m'avait fait un chat en porte-clé une fois. Rien de bien artistique, pour tout dire on aurait dit qu'on lui avait soufflé dans le cul tant il était gonflé, pauvre bête... Je dis ça, mais je l'ai toujours bien sûr...

Et y avait les sorties aussi, à tous les carnavals de Venise, à toutes les fêtes du boulot de ma mère, à tous les festivals de Cannes aussi - ma mère n'était pas une actrice de pacotilles, pigé ? - et à toutes sortes d'expositions limitées. Bref, j'ai vite pris l'habitude de pouvoir aller partout quand je voulais, d'où ma passion pour les voyages et le fait que je sois étonné de toute chose que je ne peux pas connaître : à force d'avoir accès à tout on perd vite l'habitude des surprises, sauf qu'à l'académie des fée cela fait partie du quotidien. Bon, je m'y habituerai ! D'ailleurs, en parlant de l'académie des fées... »

15-16 ans
Fairy Tail, eccomi !

« Depuis que j'avais compris comment ça fonctionnait avec ma famille adoptive, j'en avais profité pour avoir le dernier cri en matière d'informatique. Portable, ordinateur, j'avais vite appris à utiliser internet pour diverses recherches. Quelqu'un qui écrit plus vite que moi sur un clavier et qui trouve aussi rapidement ce qu'il cherche, c'est sûr que ça doit pas courir les rues ! Toujours est-il qu'un jour je suis tombé sur des informations sur de prestigieuses académies dans une ville nommée "Magnolia". Très mignon les minois des filles, même si en fait euh... en fait non, je ne m'en rappelle pas, haha ! Par contre ce que j'ai retenu c'est une photo de classe d'une des classes de l'Académie des Fées : la Classe Normale qui est actuellement si je calcule bien Senior. Et ça, le moins qu'on puisse dire c'est que j'ai retenu pas mal de choses dessus.

Déjà, l'équilibre garçon-fille. Bon, okay, je l'ai retenu parce que c'est pas forcément courant, même si c'était assez inutile à retenir. Ensuite... Le professeur était un chat. Si si, j'vous jure ! Certains disaient que c'était un canular, maintenant je sais que ce n'est pas le cas, mais l'idée qu'il y ait des chats dans l'établissement m'a tout de suite charmé ! Et enfin... Les poitrines des filles. La moitié si ce n'est les deux tiers faisaient au moins un bonnet D ou E. Si si, j'vous jure là aussi, et elles avaient pas que ça en matière de forme ! Quoi, je suis un garçon en pleine puberté, moi aussi j'ai mes fantasmes... Et l'Académie des Fées réunissait tout ce qui m'intéressait, c'est le moins qu'on puisse dire~

Mes parents adoptifs ont d'abord eu un peu de mal à me laisser partir là-bas comme ça, mais je n'ai pas lâché l'affaire. En un an j'ai réussi à parler couramment la langue requise, j'ai manqué de sauter une autre classe - à l'entrée du lycée c'est pas courant - et évidemment j'ai demandé tous les jours, six fois par jour, à ce qu'on m'y inscrive. Je ne préciserai pas mes autres moyens... Oh et puis si tiens : j'ai été assez passionné par les films que ma mère tournait et j'ai vite trouvé une passion pour les explosifs, surtout que c'était utile pour ne pas se retrouver enfermé. Le psy disait que j'avais un trouble à ce propos aussi... Bon, okay, j'aime exploser des trucs, et alors ? Vu le nombre de choses qu'a pu dire ce psy, pour une fois j'ignore l'avertissement. Du coup, avec les explosions régulières en plus dans la maison, finalement papa y a repensé et a persuadé maman de me laisser y aller.

Les séparations n'ont pas été très déchirantes, finalement c'était assez facile de partir, c'est surtout maman qui a eu du mal mais le fait que je promette de lui envoyer régulièrement des mails l'a décidée à ne pas verser de larme. J'vous jure, ces femmes... Du coup, je me suis retrouvé à l'académie des fées l'an dernier. Oui je n'ai pas trouvé la personne idéale pour moi, personne n'est resté dans ma mémoire. Mais en un an, j'ai appris à comprendre les élèves de cet établissement. Maintenant, si vous voulez tenter de dompter le tigre explosif, j'vous attends mes chatons. Priorités aux chats et aux filles à grosses poitrines~♥

Fairy Tail High School, me voilà ! »

Nom:
 


Liens : « Pour tout dire, depuis que je suis dans cet établissement, personne n'a vraiment marqué ma mémoire. J'ai peut-être eu un ou deux potes, mais je m'en souviens plus. Par contre, les professeurs, à force de les voir je m'en souviens. Surtout certains~♥

    • Professeur Happy : C'est le professeur principal de ma classe, celui que je vois tous les jours. Il nous fait des cours à la con comme "calcul de poissons" ou "Histoire du poisson", pas vraiment toujours compréhensible... Mais on lui pardonne, c'est tellement mignon. Bah quoi ? C'est un CHAT merde ! ... J'aime les chats...• Professeur Charle : Professeur plus sévère, en charge surtout de la classe artistique, je la vois assez régulièrement parmi les professeurs principaux et surtout avec Happy-chan. Elle est toute blanche, toute petite, avec de grandes oreilles, une longue queue, des petites moustaches et, et... Chaaaat !• Professeur Aquarius : Numéro 1 dans mon classement de grosses poitrines ! Quoi ? C'est le professeur de natation, si je l'avais connue plus tôt je serais parti en classe sportive. Elle est grande, fine, bref c'est un canon. En plus elle se promène toujours en bikini très sexy laissant parfaitement entrevoir sa grosse poitrine~ !• Professeur Aries : Infirmière, toujours en train de s'excuser, de paniquer, plutôt mignonne comme fille... Surtout en comptant que sa poitrine n'est pas si moche. Classée deuxième dans les filles à belles poitrines que j'ai retenues. Faut dire aussi qu'il n'y a qu'elle et Aquarius dans le classement, mes mères sont hors course, trop plates... J'aime beaucoup aller la voir régulièrement pour discuter, elle est de bon conseil aussi quant au métier que je voudrais faire plus tard.• Mes parents : Toujours en train de se disputer, je préfère pas me rappeler d'eux généralement, il y a trop de choses à dire sur eux. Non je ne leur en veut pas, vraiment, mais vu le temps que je ne les ai pas vu je m'épargne les migraines. Quant à parler de ma sœur... ben je l'ai jamais vue en fait, haha !• Mes parents adoptifs : Ceux sont eux qui m'ont récupéré après que la protection de l'enfant ait décidé de me retirer de ma famille. C'est sans doutes mieux comme ça, j'y ai pas vraiment pensé mais il valait mieux pour éviter qu'il y ait d'autres traumatismes à long terme chez moi, et puis c'est marrant de parler du fait d'avoir deux mamans et deux papas. En tous cas, c'est sûr que le changement de milieu a été assez fort en sensations. J'en ai bien profité un temps, vive les familles aisées~ !• Miha Rasu : Je me souvient de cette fille quand je peux, mais pour tout dire elle a non seulement une poitrine quelconque mais en plus je ne la connais pas tant que ça. Tout ce que je sais c'est qu'elle est dans la classe sportive. Je passe du temps dehors avec elle à regarder le ciel et à ne rien faire ni rien dire. Elle reste classée troisième dans mon classement des poitrines, même si troisième sur trois... Et encore elle veut la faire réduire encore plus, quel gaspillage !

Tu cherche à te rapprocher de moi ? Ha ! Pourquoi pas, je suis plutôt ouvert comme mec. Mais je ne promettrais pas de me rappeler à jamais de toi, je ne suis pas un menteur : essaie de dompter ma mauvaise mémoire pour les quelques mois qu'on peut passer ensemble. »




JOUEUR

Niveau de RP : Adaptable.
Comment as-tu découvert ce site ? Je fais partie de la fondation.
Autre : Nyah♥




Crédits : code by Matteo Calvetti

_________________


Muahah:
 

Avatars~:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nofacekun.yolasite.com/
 
Boum.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "Konkour Gros Boum" fin d'année Apocalypse
» *Boum* *crack* *poui poui*
» BOUM
» [UPTOBOX] La Boum [DVDRiP]
» [UPTOBOX] La Boum 2 [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail High School :: Généralités :: Inscriptions :: Admis-
Sauter vers: